Sécurité sur le chemin du Grand Torrent, un projet

Mise à jour, 11 juillet 2018 : les échanges se concluent sur la décision de reprise du projet en retravaillant d’une part l’entrée dans le chemin au nord (intersection avec le chemin de Pratel) et, d’autre part, le croisement avec le chemin du Pré Vert (dont le stop est peu respecté). La proposition de chicanes est retirée, en revanche l’idée de la matérialisation d’un cheminement piétons/cycles en bord de voie, comme en aval du chemin, pourrait être reprise. Réponses à des questions souvent posées : le projet a pour origine la préoccupation des riverains confrontés à l’augmentation du trafic, le coût est de l’ordre de 60 K€ (cf. espaces verts, dernière page du budget principal 2018).  Il a été demandé que soit réalisé, avant une décision définitive, un relevé du trafic (nombre et vitesse).


Des travaux d’aménagement du chemin du Grand Torrent débuteront prochainement. Ils ont notamment pour but la mise en sécurité de la circulation des piétons et des cyclistes, et la limitation de l’accès aux poids lourds dans le sens de la descente. La municipalité invite à une rencontre pour un échange autour de ce projet, le…

Mercredi 11 juillet à 19h
au Croisement Pré vert / Grand Torrent


Document de travail non contractuel

Publié dans actualité, vie du quartier | Tagué , | Laisser un commentaire

Ouverture de la chasse au 1er juillet ?

Nous avons appris fortuitement qu’une consultation, organisée par les services préfectoraux, sur l’ouverture de la chasse a eu lieu au mois de mai 2018 [lire]. Cette consultation portait sur la « possibilité de chasser le sanglier dès le 1er juillet 2018 et dès le 1er juin 2019 à l’approche, à l’affût ou en battue » — possibilité susceptible d’affecter le site du Manival où le sanglier est présent. L’arrêté préfectoral du 7 juin 2018  fixe effectivement l’ouverture au 1er juillet pour le sanglier avec des conditions particulières, le but est de réduire la population de ce gros gibier qui est à l’origine de dégâts sur les terres agricoles.

Renseignement pris auprès des chasseurs de la commune : il n’y aura pas de battues au sanglier sur le coteau de Saint-Ismier, mais éventuellement une en plaine. La chasse à l’approche ou à l’affût est autorisée dans des conditions fixées par l’arrêté, elle est interdite les dimanches et le 14 juillet. La tranquillité des promenades estivales dans le Manival devrait être préservée.

L’ouverture de la chasse est fixée au 9 septembre 2018.

Publié dans actualité, vie du quartier | Tagué , | Laisser un commentaire

Le Manival, espaces naturels et faune sauvage

Pages de fly ONF Manival 2018L’ONF organise une sortie forestière guidée en collaboration avec le Conseil Départemental de l’Isère et le Parc Naturel Régional de Chartreuse.  Les ateliers découverte et les animations proposées permettront les rencontres sur le thème du partage des espaces naturels du Manival et de la gestion de faune sauvage.

Riverains, promeneurs, sportifs, chasseurs et les amateurs de la faune et de la flore du Manival sont attendus

Samedi 9 juin 2018
Le Manival
Partage des espaces naturels
et gestion de la faune sauvage
départ à 9 heures
parking du gué de Bouffière
(sous la maison de l’ONF)

inscription conseillée au 06 72 08 65 98
Plus d’information : télécharger le flyer

 

Publié dans actualité, Le Manival, vie du quartier | Tagué , | Laisser un commentaire

Fête des voisins, faites des amis

Le pique-nique traditionnel de l’association aura lieu le lendemain de la Fête des voisins,  le thème s’impose :

Fête des voisins, Faites des amis
Faites la fête en musique
avec
la Fanfar’naque

au programme de l’après-midi :
tire à la corde et course de sacs

 

Tous les habitants du quartier du Manival sont invités à se retrouver dans une ambiance familiale et amicale.

samedi  26 mai au gué du Manival
(extrémité Est du chemin de Bouffière)
à partir de midi

Accueil par la fanfare des étudiants de Grenoble-INP.
Apéritif offert par l’association.

Les participants apporteront un plat à partager (plat sucré ou salé, pain et boisson), ainsi que chaises et parasols selon les besoins et la météo.

Si, malheureusement, la pluie était au rendez-vous le pique-nique serait annulé
Annonce sur ce site dans la journée du 24 mai. 

Publié dans événements VauM, vie du quartier | Laisser un commentaire

Restauration des digues du Manival amont

Les promeneurs qui remontent le long du torrent du Manival en rive gauche sont intrigués par l’élargissement du chemin, au point d’évoquer la construction d’une route vu l’ampleur du chantier en cours. Les affiches à l’entrée de certains chemins signalent la présence de travaux et la circulation d’engins pour ce grand chantier de remise en état des digues du torrent.

Ces travaux, explique le RTM, sont engagés à la suite d’une étude du bassin de risques du torrent, s’appuyant en particulier une simulation des écoulements et  des apports en matériaux (risque de lave torrentielle). À la suite de cette étude, la décision a été prise de rehausser les digues, en rive droite très en amont, en rive gauche vers la plage de dépôt, et de remodeler la plage de dépôt pour augmenter sa capacité de stockage en cas d’évènement météo intense. Par ailleurs, le chenal des écoulements permanents est refaçonné.

Les travaux les plus spectaculaires sont en ce moment à la hauteur et en amont de la plage de dépôt. Ils consistent à rehausser et élargir la digue de la rive gauche portée à près de 20 m de largeur sur certains tronçons. Une fois ces travaux terminés, le talus sera réaménagé et le chemin reprendra une allure plus accueillante.

Rive gauche, croquis du profil de la digue remaniée

A gauche une image de la plage de dépôt (nord) remodelée, à droite le chenal des écoulements permanents qui borde la plage sur sa rive droite. Ci-dessous, image de la plage de dépôt (sud) et du barrage qui retient les matériaux les plus importants.

Notre site ne faisant pas de publicité, les tags ont été retirés…

Le chantier devrait être terminé au plus tard début mai. D’ici là les ballades ne sont pas recommandées, d’une part en raison de l’état du chemin, d’autre part en raison du trafic d’engins qui rendent la cohabitation avec les randonneurs délicate.

Publié dans actualité, Le Manival | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Loi Gemapi, quelle évolution de la gestion des torrents ?

Mise à jour, 1er avril 2018 : la Communauté de commune du Grésivaudan prélèvera une taxe additionnelle (aquataxe, voir dernier paragraphe ci-dessous) adossée au contributions directes locales avec la ventilation suivante : 0.247% de la taxe d’habitation, 0.520% de la taxe sur le foncier bâti, 1.570% de la taxe sur le foncier non bâti, 0.598% de la cotisation foncière des entreprises. (Lire la délibération).


— PPRN carte des aléas — cliquer sur l’image pour accéder au document

Depuis le 1er janvier 2018 la gestion des eaux, des milieux aquatiques et la prévention des inondations — compétence dite Gemapi – échoit à la Communauté de communes du Grésivaudan (CCG). La question que nous nous posons est celle de savoir ce que cela va changer par rapport à la situation  antérieure, et ce que seront les conséquences pour les riverains du torrent du Manival et du torrent l’Arguil qui coulent dans le quartier du Manival.

Jusqu’au 1er janvier 2018 la gestion des torrents étaient partagée entre plusieurs organismes : le RTM (Restauration des terrains en montagne) pour la partie amont, le SITSE (Syndicat Intercommunal des Torrents du Saint-Eynard) pour les segments intermédiaires urbanisés, une association syndicale de riverains (AS Bresson à Saint Ismier) pour la partie en plaine (fossés et chantournes) le long de l’Isère et l’AD (Association Départementale Isère Drac Romanche) pour la gestion des ouvrages de type digues et aménagements hydrauliques associés. Depuis le 1er janvier, le SITSE et l’AD sont dissous, l’AS de Bresson à Saint-Ismier voit son périmètre modifié, leurs compétences sont reprises pas la CCG; cependant, le SITSE qui opère sur un territoire partagé entre la Métro et la CCG suivra, avec une nouvelle organisation, les projets en cours jusqu’à la fin de cette année.

En fait, la CCG délègue ces compétences nouvelles au Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l’Isère (Symbhi) créé en 2004 pour faire face aux problèmes d’inondations dans les bassins de l’Isère, du Drac et de la Romanche. Cet organisme s’occupe aussi de « la préservation des milieux naturels liés à l’eau (forêts riveraines dites alluviales, gravières, bras morts…), il gère les problèmes d’érosion et de transports de sables et graviers par les rivières. » Sa compétence s’élargira donc aux torrents des versants de la vallée du Grésivaudan.

Les torrents de Saint-Ismier seront ainsi gérés par le RTM en amont, sur le territoire qui relève de l’ONF, et par le Symbhi en aval par délégation de la CCG ; l’AS conservant l’entretien des chantournes et de certaines plages de dépôt connectées. La surveillance de ces cours d’eaux qui peuvent être dangereux lors d’événements météorologiques intenses ne devrait pas souffrir de cette nouvelle organisation. Notamment pour ce qui concerne le torrent du Manival qui est l’objet d’une attention préfectorale toute particulière. Quoi qu’il en soit, la responsabilité des riverains des torrents reste la même, cette réorganisation est l’occasion de le rappeler :

« L’exercice de la compétence GEMAPI ne remet pas en cause les droits et devoir des propriétaires. Ainsi, le propriétaire riverain est toujours responsable de l’entretien courant du cours d’eau (libre écoulement des eaux) et de la préservation des milieux aquatiques situés sur ses terrains au titre du code de l’environnement en contrepartie du droit d’usage de l’eau et du droit de pêche. De même, le propriétaire riverain est toujours responsable de la gestion de ses eaux de ruissellement au titre du code civil.
La collectivité peut se substituer aux propriétaires en cas de manquements, d’urgence ou d’intérêt général. Dans ce cas, elle doit engager une procédure de déclaration d’intérêt général (DIG) telle que prévue à l’article L. 211-7 du code de l’environnement, et dans les conditions prévues aux articles L. 151-36 à L. 151-40 du code rural et de la pêche maritime. »
(Source : Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer)

PS : Pour financer leurs actions, les intercommunalités ont désormais la possibilité de lever une taxe nouvelle, facultative, communément appelée « aquataxe ». Elle est plafonnée à 40 euros par habitant et par an [Source : article 56 F alinéa II de la loi MAPTAM du 27 janvier 2014].

Documents utiles
Plan de prévention des risques naturels (PPRN) de Saint-Ismier

Publié dans actualité, Le Manival | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Le haut débit, horizon 2024 ?

Mise à jour, 2 juillet 2018 (conseil municipal du 29 juin) : Le NRO de la commune est construit, mais les raccordements dans la vallée iront du sud (en cours) au nord — il faut attendre. Les raccordements des services publics sont prioritaires. Ensuite seront déployés des Points d’accès optiques (PAO) destinés au raccordement d’environ 5 abonnés ; les premières prises seraient installées en 2019. La dernière phase est liée à une obligation de convention pour le passage sur les voies privées, et pour le raccordement des lotissements et des copropriétés. Les maisons individuelles devront avoir une adresse postale distincte identifiée dans les serveurs de la poste pour être raccordées (vérification faite par les services de la municipalité).


Mise à jour, 30 mars 2018 : les travaux de construction du nœud de raccordement optique pour Saint-Ismier sont terminés. En revanche, le calendrier de déploiement n’est pas encore connu ; une ressource web a été mise en place pour suivre le déploiement : http://www.iserehd.net/


Mise à jour, 21 décembre 2017 : les dates indiquées dans ce billet remplacent celles publiées dans Le Lien n°47 page 8 ; cette dernière publication a été bouclée avant que le calendrier ci-dessous ait été communiqué aux élus par la CCPG.


Début décembre, la CCPG a communiqué aux élus un planning général du déploiement du haut débit tel que décidé par le département :

  • Courant 2019 : desserte en fibre pour les entreprises de plus de 5 salariés et les services publics ;
  • Courant 2019 :  premières prises pour les entreprises de moins de 5 salariés et les foyers (particuliers). Prévision : entre 60 et 90% des 3777 prises à raccorder sur la commune devraient l’être d’ici 2021 ;
  • Au plus tard 2024, raccordement des prises restantes (ndr: ce qui signifierait un retard de deux ans sur le plan national ).

Le déploiement au sein de la commune n’est pas connu, la CCPG en communiquera le calendrier dès que les résultats de l’étude d’Isère Fibre auront été validés par le département.

Dans les zones d’habitat individuel, le déploiement final s’arrêtera au niveau d’un petit groupe d’habitations (une douzaine). Le coût de la connexion entre ce point de distribution secondaire et l’habitation de l’abonné dépendra de l’offre des fournisseurs d’accès Internet.

L’association défendra le principe d’un déploiement  prioritaire aux zones actuellement les moins bien desservies, ce qui est massivement le cas du quartier du Manival [relire].

Un dossier complet sera publié dans le prochain numéro du Lien
(source pour ce billet : groupe de travail extra-municipal THD Internet)

Le département et la CCPG attirent l’attention sur le fait qu’il est absolument nécessaire que tous les logements disposent d’une adresse complète (nom de voie et numéro dans la voie) pour pouvoir être raccordés à la fibre. Cette adresse doit exister dans les bases du service national des adresses. Si votre adresse n’existe pas, la loi interdit que vous souscriviez un abonnement et donc votre logement ne sera pas équipé.

Publié dans actualité, vie du quartier, vie pratique | Tagué | Laisser un commentaire