Défense de la forêt du Manival contre les incendies

Le remodelage de la plage de dépôt et des rives du torrent du Manival [lire] a modifié le paysage d’une façon importante pour les promeneurs familiers du site. Ce bouleversement se poursuit, depuis à peu près un an, mais il ne s’agit plus de prévenir les risques torrentiels. Les travaux en cours ont pour objectif l’amélioration des équipements de défense de la forêt contre l’incendie (DFCI). Une rencontre avec l’ONF nous a permis de mieux comprendre ce qui est en cours et le projet dans lequel les travaux s’inscrivent.

L’entretien efficace du torrent, contenant son écoulement dans le lit principal et écartant significativement le risque de lave torrentielle, a permis une forte densification de la végétation marquée par la prolifération des pins sylvestres au détriment d’autres essences, en particulier les chênes. Cette évolution rend le site plus vulnérable aux incendies dans la forêt domaniale qui préserve l’érosion des sols et apporte une protection contre la chute de blocs [lire p.35]. Ce risque est attesté, comme en témoigne une dizaine de départs de feux au cours des trois dernières décennies (notamment sur Saint-Ismier en 1995, 2002, 2006, 2007 ; Bernin 1992 ; Saint-Nazaire-les-Eymes 2015, 2016).

Les travaux actuels ont deux objectifs :

– d’une part, mettre aux normes d’intervention la piste forestière en rive gauche du torrent et créer deux pistes secondaires pour le « bouclage » de la zone,
– d’autre part, modifier le peuplement arboré en éliminant les pins sylvestres qui favorisent fortement la propagation du feu.

La piste forestière en rive gauche sera longée d’une bande débroussaillée de sécurité sur une profondeur de 30 m. Les deux pistes secondaires respecteront le gabarit pompier : 3 m de largeur, absence de branches en aplomb sur 3,50 m de haut, débroussaillage sur 3 m de profondeur de part et d’autre. Le traçage de l’une de ces pistes, qui relie la piste forestière à Fontaine Bonnet, est proche d’être achevé. L’autre, dont la création devrait être achevée d’ici l’été, est une reprise du sentier en rive droite du torrent qui débute en haut du chemin de Marsauze. La carte ci-dessous précise les tracés.

Ces informations permettent de comprendre les raisons de la coupe massive de pins sylvestres. Reste une question souvent posée : les tas produits de ces coupes vont-ils rester ? Pourquoi ne sont-ils pas enlevés ? La réponse : ces tas disparaitront à la fin des travaux et après s’être assuré que les aiguilles auront bruni, une broyeuse viendra sur place transformer ces arbres en plaquettes qui seront utilisées comme combustible industriel.

Pour le reste, la nature reprendra ses droits sous la surveillance vigilante de l’ONF qui supprimera systématiquement les repousses de pins, et plus largement assurera le débroussaillage saisonnier.

Ces travaux sont financés à 80% par le programme de développement rural Rhône-Alpes de la Région Auvergne Rhône-Alpes soutenu par la communauté européenne (Fonds européen agricole pour le développement rural – FEADER 2014-2020 / volet 8.30 « Prévention des dommages causés aux forêts par des incendies »). Maîtres d’ouvrage : communes de Bernin et Saint-Nazaire-les-Eymes, et l’ONF.

Cet article, publié dans actualité, Le Manival, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Défense de la forêt du Manival contre les incendies

  1. Christian Picard dit :

    Les travaux d’endiguement du Manival étaient devenus une nécessité vu l’état de fait de la sur-densité urbaine et le risque de débordement du torrent dont le lit était en grande partie rempli par plusieurs épisodes de laves torentielles, le travail a été bien fait. Je désapprouve par contre la destruction du couvert arbustif du Manival. Ainsi Au nom d »un hypothétique risque d’incendie, il a été procédé à une déforestation massive du cône du Manival – pauvres pins sylvestre, un site remarquable est détruit – Quid des sites rares qui faisaient du Manival un site floristique exceptionnel avec notamment les nombreuses espèces protégées d’orchidées qui s’y développaient!. Le Manival a perdu l’essentiel de son charme. Merci au décideurs d’agir aussi légèrement sans concertation préalable. Combien de temps faudra-t-il attendre pour voir la forêt ancienne initiale reprendre ses droits et le site naturel se reconstituer. Quant au nettoyage du site après tous ces dégâts, c’est un minimum. En attendant le risque de feu est là plus que jamais présent avec tout ce bois mort… J’apprends au passage que tout cela deviendra du copeau de bois pour chaudières écologiques !! Je crois que d’ici quelques années nous allons regretter amèrement toutes ces coupes à blanc qui prolifèrent dans la région au nom du bon usage de la filière bois.
    Christian Picard
    Professeur université en Sciences de la Terre

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.