Les lenteurs du Très Haut Débit, des ralentissements en perspective

Mise à jour, 28 novembre 2017 : raccordement des entreprises de plus de cinq salariés en 2019, raccordement des particuliers 2020 voire 2021 (source : conseil de quartier Centre-ville)


Mise à jour, 14 octobre 2017 : la société ERT Technologies va effectuer une étude terrain du 15 octobre au 31 décembre 2017  pour  collecter, auprès des habitants, des informations nécessaires au déploiement de la THD Internet [source]


Les nouvelles les plus récentes sur le déploiement du projet THD Internet sur le département confirme son principe directeur : priorité aux zones les moins bien équipées. Ce principe sera appliqué au déploiement de l’infrastructure et à celui de l’accès aux utilisateurs. Sur le territoire de la communauté de communes du Pays du Grésivaudan (CCPG), la réalisation de l’infrastructure se fera du nord au sud.

Le nœud de raccordement optique de Saint-Ismier, localisé au voisinage du stade Régis Berriot, devrait être construit d’ici à la fin du printemps 2018. La mise en place du réseau local se fera ensuite entre le troisième trimestre 2018 et le premier trimestre 2019, avec au fil de ces travaux l’installation des répartiteurs et des prises de raccordement. Il est précisé que les premières prises seront pour les entreprises de plus de cinq salariés et les bâtiments publics. Les particuliers seront raccordés à partir de fin 2018.

L’identification du niveau de qualité de la desserte internet sur la commune a été faite à partir de données recueillies en 2014 par le propriétaire actuel du réseau physique, Orange. On compte 3777 prises raccordables à Saint-Ismier dont 285 « semblent » présenter des difficultés particulières ; ces données sont cohérentes avec les résultats de l’enquête que nous avons réalisée début 2017. Les 3492 prises non problématiques seront raccordées entre fin 2018 et 2022, les 285 autres ne le seront qu’entre 2020 et 2024.

Le déploiement du projet THD Internet contredirait donc le principe directeur qui affirme la priorité des plus mal desservis. Sans avoir fait de vérification précise, on peut quand même conjecturer qu’une grande partie des 285 prises défaillantes se trouvent dans le haut du village (voir l’enquête). On ne peut que regretter que le contrat ait été passé entre les entreprises et le département en acceptant ce traitement du cas des plus mal desservis aujourd’hui (souvent moins de 2 Mbits/s).

Que faire ? Le calendrier des travaux suit un schéma contractuel auquel il est difficile, dit-on, de déroger. Plus que difficile nous savons que cela est coûteux, quoique… des réalisations de cette ampleur sont toujours soumises à des aléas qui ouvrent une possibilité de négociation. Par ailleurs, au regard des délais dont il est question, si rien n’est possible dans le cadre des contrats alors il faut aller vers des solutions de transition compatibles avec le projet THD Internet [lire]. Nous comptons sur la fermeté et l’engagement de la municipalité pour ne pas en rester là.

Source: communication au groupe de travail municipal THD Internet
Cet article, publié dans actualité, vie du quartier, vie pratique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s