Les lenteurs du haut débit, les résultats de l’enquête

Mise à jour, 12 mars 2017 : vote, lors du conseil municipal du 9 mars, de la cession au département d’une parcelle de 150m² au voisinage du stade Régis Bériot en vue de l’installation du nœud de raccordement optique (NRO) dans le cadre du plan THD Internet.


L’enquête  sur les débits internet [*], close depuis le 12 février, a été renseignée par 128 abonnés dont 61 pour le quartier du Manival.  La plupart des abonnés qui ont répondu n’ont fait qu’une seule mesure. Les fournisseurs d’internet sont principalement Orange et Free, précisément :

Orange 57, Free 47, SFR 15, Bouygues 6, Nerim 1, Sosh 1, non indiqué 1

Le seuil de  débit descendant de 6Mbit/s a été retenu pour limite en dessous de laquelle les usages familiaux multiples (web, télé, jeux, visiocommunication)  cohabitent difficilement et les usages professionnels sont problématiques.  Ainsi, en ne retenant qu’une seule mesure par abonné (dans le cas  de la demi-douzaine de mesures multiples on retient celle qui rend le mieux compte d’un service stable) on obtient : 81 abonnés sous 6Mbit/s (soit les deux tiers des réponses). Le débit minimal observé, Chemin du Grand torrent, est de 0,65Mbit/s ; le débit maximal est de 27,82 Mbit/s à l’Agora.

170215-enquete-internet-histo-repondants

Débits pour l’ensemble des répondants

La localisation géographique des réponses, avec en bleu les sous-répartiteurs, en rouge les points de mesure inférieure à 6Mbit/s et en vert les relevés supérieurs, est assez parlante :

170215-enquete-internet-carte

Rouge : relevés inférieurs à 6Mbit/s — Vert : relevés supérieurs à 6Mbit/s
Bleu : sous-répartiteurs.
Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

En extrayant les données concernant le quartier du Manival on obtient une image qui confirme le problème de ce quartier : sur les 60 abonnés qui ont répondu, 51 sont en dessous du seuil de 6Mbit/s (soit 85%) ;  seuls deux abonnés dépassent (de quelques dixièmes) le seuil de 8 Mbit/s. Le débit minimum observé est de 0,65Mbit/s, Chemin du Grand torrent, le débit maximum est de 8,69, Chemin du Pré vert.

170215-enquete-internet-histo-manivalCes résultats attestent du faible niveau de fourniture d’accès internet dans le quartier du 170215-enquete-internet-histo-une-journeeManival, et d’une situation trop souvent insuffisante pour l’ensemble des abonnés. Le fournisseur d’infrastructure, Orange, assure que 48% des lignes de Saint-Ismier ont accès à l’ADSL avec un minimum de 8Mbit/s ; nous sommes loin du compte. Une étude plus fine du service pourrait confirmer par ailleurs que lorsque le débit parait suffisant en revanche il peut être très instable. La seule réponse remontant un nombre important de mesures, 23 sur plusieurs journées, montre un écart de 0,98Mbit/s à 7,89Mbit/s avec un profil très chaotique que le schéma ci-contre illustre à titre indicatif (le tempo des mesures n’est pas normalisé).

Plusieurs éléments permettent d’expliquer cette situation : la longueur des lignes, leur section (4 ou 6 mm) et l’état matériel du réseau cuivre et de ses éléments actifs. Les perspectives d’amélioration  sont…

– Dans l’immédiat, il peut être possible de corriger les défauts matériels du réseau existant qui est vieillissant (nous reviendrons sur ce point)
– À plus long terme le plan THD Internet doit permettre d’assurer à chacun un haut débit grâce à la fibre optique qui arriverait au seuil de chaque habitat.

Ce que nous savons du calendrier du plan THD Internet pour la commune de Saint-Ismier THD Isère 2015-21incite à ne pas compter sur une amélioration rapide pour le quartier. En effet, la création du nœud de raccordement optique (NRO) est prévue pour courant 2018. La mise en place de la desserte locale qui assurera les premiers raccordements individuels début 2020. Rappelons que cette desserte est assurée par une délégation de service public consentie à SFR collectivité à la suite de l’appel d’offre THD Internet. La raison économique devrait inciter cette entreprise, après avoir connecté les zones d’activités industrielles,  à assurer rapidement le service pour les secteurs facilement accessibles à partir des infrastructures existantes qui ont de plus le meilleur retour financier, alors que la raison politique devrait donner la priorité aux secteurs les moins bien servis.

Avec les données actuelles, notre conviction est que l’accès Internet à un débit satisfaisant ne sera pas une réalité pour le quartier du Manival, et probablement bien d’autres secteurs du village, avant une dizaine d’années…

Que faire ? Il existe une solution qui peut être mise en œuvre à court terme, nous la décrivons [ici]. En bref : raccorder par une fibre optique le sous-répartiteur qui dessert le quartier.  Cette solution doit être élaborée pour ne pas être en contradiction avec le plan THD Internet, ce qui doit être possible en bonne concertation avec les opérateurs d’infrastructure. Reste la question du coût, et donc du budget, elle doit être examinée avec à l’esprit qu’internet est aujourd’hui un service d’intérêt général (ce qui est le sens de la délégation de service public).

Cet article, publié dans actualité, vie du quartier, vie pratique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s