Ce que le Manival doit au maréchal Randon

« Le 10 mai 1831, une lave envahit jusqu’au premier étage, 17 maisons du hameau de Varciaux et s’épand dans les vignes et les jardins sur une épaisseur de plus de 1 m. 50. Il faudra attendre trente ans encore, jusqu’en 1862, pour voir apporter un remède efficace à cette pénible situation. Grâce à la protection du maréchal Randon, alors ministre de la guerre, Saint-Ismier obtint la construction d’une digue destinée à lui assurer pour longtemps la sécurité » ( Bénévent 1915, p.98).

Les travaux ont été terminés quatre ans plus tard, en 1866. Le nom du maréchal Randon est resté attaché au village de Saint Ismier par celui de son chateau [*] devenu le bâtiment emblématique de l’Ecole du Paysage de Saint Ismier (anciennement Lycée Horticole). La première école en ces lieux fut l’école ménagère de Randon (1945-1963) dont le film ci-dessous rappelle l’inauguration.

Citation en début de billet issue de : Ernest Bénévent (1915) Le Manival. (Étude de cône de déjection. Recueil des travaux de l’institut de géographie alpine. 1915, Tome 3 N°1. pp. 69-100.  [doi : 10.3406/rga.1915.4834]

Cet article, publié dans Le Manival, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.